Carnet de voyage #2 – extrait

OÙ HABITER SUR LA TERRE ?

La question m’aurait paru lointaine il y a peu encore. Elle m’est venue comme une rencontre entre une mouche et un motard en attendant Valentin à la sortie de son école (qui n’en n’est pas une, mais ce n’est pas le sujet).

Sur le parking, vous entendrez parler espagnol (de différents pays), hébreu, russe, allemand, hollandais, chinois, italien, anglais, français en l’espace de quelques minutes. Apparemment, bien des familles d’un peu partout sur la planète ont pris l’option salades au Costa Rica … 

Ça construit à tour de bras dans le secteur. L’école est passée de 40 à 60 élèves ces deux derniers mois. Faites le compte.

Dans les années 1980, le rayon de sécurité psychologique autour de la maison était de plus de 2 kilomètres. Aujourd’hui, jusqu’à quelle distance vous sentez-vous confiants de laisser vos enfants se balader dehors ?

Les villages n’étant plus sûrs, ils se réinventent en « communautés » et autres écovillages dans ce coin du globe. Certains vont même plus loin, comme ce chef d’entreprise qui a tout vendu en Angleterre du jour au lendemain : il a repoussé son horizon jusqu’au Nicaragua pour partir installer sa communauté en autonomie, pressé par une urgence géopolitique, énergétique et climatique. 

Tant que Jo ou moi ne nous reconvertissons pas en maîtres spirituels, nous sommes plutôt partis pour continuer notre route. Nous nous arrêterons aussi le jour où nos lignes d’espace et de temps se rencontreront à un point de convergence. Espérons toutefois que ce sera par choix.


LA LIGNE DU MILIEU

Une troisième ligne influence notre quotidien : celle de l’équateur ! C’est l’hiver, la saison où pousse les agrumes et les mangues. Faire un tour au jardin le matin pour cueillir les fruits du petit-déjeuner à prendre au bord de la piscine, c’est plutôt cool. Les fleurs jaune vif des arbres de corteza éclosent à l’unisson en une nuit sur des kilomètres carrés comme les cerisiers au Japon.

Les températures sont à leur maximum en mars-avril. Le taux d’humidité crée un ressenti de plus de 35 degrés en moyenne. Nous avons revu notre projet d’un grand tour du sud du pays par le Corcovado pour de petites escapades dans les alentours, au frais en altitude ou à la mer.
..

You May Also Like

Carnet de voyage #1 – extrait

… Si vous nous lisez, c’est certainement que la seule idée de prendre le ...

Carnet de voyage #3 – extrait

L’accélération du temps est-elle exponentielle avec l’avancée en âge ? On a bien tenté de ...